« Jouliks » de Marie Christine Lê-Huu,

mise en scène Philippe Percot-Tétu

Une création présentée en 2012

Cette création a reçu l’aide du fond d’encouragement aux initiatives artistiques et culturelles du ministère de la culture. Le T2T est la seule troupe régionale amateur à avoir reçu cette aide en 2012.

Il y a des amours qui ne plient devant aucune loi. Jouliks est une pièce traversée par un tel amour. C’est aussi l’amour d’une enfant pour sa mère qui est comme une caresse chaude enveloppante.

La Petite a 7 ans, elle a grandi les yeux et les oreilles ouvertes, sans jamais avoir rencontré la désapprobation, avec le droit de voir les choses comme elles sont, dans leur vérité toute pure et forcément inconvenante.

La Mé et le Papé, il y a sept ans qu’ils ne sont pas venus dans cette maison, au milieu de nulle part, où vit leur fille Véra. Sept ans durant lesquels Véra et Zak se sont dévastés d’un amour fou, tourmenté et ardent. Un amour qu’elle, la Mé, ne peut comprendre et dont, en tout cas, elle n’a jamais rêvé pour sa fille. Mais voilà, ils sont là, réunis, après sept ans de silence. Et quand les mots sortent, on sent tout de suite venir la catastrophe. Témoin privilégié de leur difficulté à s’aimer, la Petite pose sur eux un regard à la fois lucide et tendre, un regard d’amour vrai qu’elle souhaiterait capable de les protéger tous…

Dans Jouliks, pièce rappelant l’univers sulfureux de Tennessee Williams, Marie-Christine Lê-Huu, parle de famille, de silence, de l’inaptitude à exprimer l’amour, celui qu’on se retient de donner pour éviter d’avoir mal, elle nous livre un texte bouleversant.

 

Le projet « Jouliks » a regroupé sur cette création du Tréteau des 2 Tours un ensemble de partenaires inhabituels : un groupe de participants du Cyber-local de Chatelaillon (17340) avec leur animateur/formateur informatique Guillaume Wacrenier, un groupe de jeunes issus de l’option cinéma du Lycée Merleau-Ponty de Rochefort (17300) avec leur formatrice cinéma Hélène Lamarche, autour d’un groupe classique de création du T2T.

Laisser un commentaire